1,2,3,...respirez

14/03/2022

Avec mon approche très scientifique et cartésienne, j'ai toujours vu la respiration comme une action purement mécanique, scientifique qui nous permet de rester en vie. C'est en devenant sophrologue il y a quelques années que j'ai découvert les bienfaits et ce trésor intérieur.

D'une description scientifique, on peut dire que la respiration est un mécanisme autonome naturel et inconscient par lequel le corps humain se procure de l'énergie (consommation de dioxygène et un rejet de dioxyde de carbone)

Ce qui est assez incroyable c'est que c'est aussi le seul mécanisme qui est à la fois automatique et inconscient et qu'il peut être aussi actionné, modifié de façon consciente dans le corps. Sur lequel on peut même jouer pour avoir une action sur le reste de l'organisme...

Je me suis rendue compte de cet outil puissant et souvent sous-estimé en découvrant ses effets et ses bienfaits ... Je trouve que la respiration c'est même la clef de beaucoup de choses.

La respiration se traduit de façon visible par le souffle, qui est un élément essentiel de la sophrologie et du processus de relaxation.

Les séances avec un sophrologue vont permettre de d'activer cette respiration consciente et de l'exploiter afin d'optimiser les capacités et d'activer la détente et le relâchement. Cette fonction vitale est la plupart du temps sous exploitée.

Petite approche scientifique : Comment ça fonctionne, qu'est-ce qui régule la respiration ? :

La respiration dépend directement du système nerveux autonome. Celui-ci correspond à la partie du système nerveux qui régule certaines fonctions automatiques de l'organisme comme les muscles lisses, la digestion, la respiration, les muscles cardiaques ou certaines glandes. Il fonctionne de façon basique voir binaire en utilisant, soit le système dit sympathique quand il faut accélérer les fonctions vitales (préparation de réaction à une situation et qui va monopoliser le corps) , soit le système parasympathique quand il faut les ralentir. Ces deux fonctions sont antagonistes et ne peuvent pas fonctionner ensemble. Quand l'une est sollicitée, l'autre s'arrête.

Notre société actuelle ou tout va plus vite, les phénomènes liés au stress, activent le système sympathique. Gérer le stress revient donc à mettre au repos ce système sympathique et à stimuler le système parasympathique en le stimulant au travers d'exercices qui ont pour objectif de ralentir les fonctions qu'il contrôle.

Contrairement aux autres fonctions la respiration est la seule fonction sur laquelle il nous est possible d'agir directement et consciemment.

Une respiration lente, régulière et profonde à la capacité de mettre au repos ce système neurovégétatif, ce qui influera directement sur les fonctions qu'il contrôle. C'est le seul moyen, par exemple, d'influencer notre rythme cardiaque.

IL est important de prendre conscience de la respiration. En dirigeant l'attention sur la respiration, cela nous permet d'être présent à ce qu'on fait.

La respiration est là tout au long de la vie et elle nous ramène à l'instant présent en prenant la dimension corps, esprit, cœur.

Sentez-la, vous pouvez observer bien des choses : si vous êtes tendus, calme ou inquiet. Vous pouvez revenir sur votre respiration ou la laisser couler. Dès que vous observez votre respiration, vous devenez plus conscient de votre monde intérieur et du moment présent.

Observez : Prenez conscience de votre respiration

Je vous propose un temps d'écoute et d'observation : asseyez-vous confortablement et commencez à inspirer par le nez, lentement et profondément et puis soufflez par la bouche. Posez une main au-dessus de votre poitrine et une main sur le ventre et observez la zone de votre corps qui bouge. La plupart du temps c'est la respiration thoracique qui est activée Pourtant, cette respiration thoracique n'est ni la plus naturelle ni la plus efficace.

Maintenant, avez-vous déjà regardé dormir un nouveau-né ? Avez-vous remarqué sa respiration calme, ample et profonde ? Une respiration qui ne fait pas appel à la partie haute du thorax, mais bien à la partie abdominale.

Cette respiration abdominale fait appel à un mouvement du diaphragme qui permet une utilisation maximum de la capacité pulmonaire. L'air inspiré accède jusqu'au fond des poumons et ceux-ci peuvent enfin se déployer complètement pour effectuer leur travail.

Bien oxygéné, notre corps fait taire le système sympathique pour laisser s'exprimer le parasympathique : le rythme cardiaque s'apaise, la tension retombe et le stress avec elle.

Testez : Mise en pratique :

Notre rythme de vie, le stress, le poids de la société et de ses dictats ...Nous ont fait oublier cette respiration abdominale et il nous faut donc réapprendre à l'utiliser.

Pour cela, je vous propose de venir réactiver cette respiration.

Posez les mains sur votre ventre à plat,

Inspirez doucement par le nez en gonflant la partie abdominale, comme si le ventre était un ballon. Puis soufflez par la bouche en vidant l'air du ventre et sentez la main redescendre et suivre ce mouvement. Laissez votre ventre monter et descendre sous votre main. Prenez le temps de sentir et redécouvrir la sensation.

Au bout de quelques cycles, vous devriez déjà vous sentir plus calme.

Il peut se pratiquer de façon régulière, comme une pause relaxante, où en urgence, pour se couper des pensées, retrouver son calme dans une situation de stress intense. La pratique régulière permet de mettre en place de nouveau mécanisme qui deviendra automatique afin d'activer calme et sérénité.